Informations

8.6 : Morphologie des pousses - Biologie

8.6 : Morphologie des pousses - Biologie


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Les pousses sont composées de nœuds. Chaque nœud a un feuille Et un bourgeon axillaire, qui ressort de la feuille à l'aisselle. L'identité de chaque organe est déterminée par sa localisation dans le nœud.

Dans le diagramme ci-dessous, étiquetez les caractéristiques en gras, ainsi que la partie photosynthétique de la feuille (le lame) et la tige de la feuille (le pétiole). Étiquetez les caractéristiques en gras dans le diagramme ci-dessous.

Cicatrices et caractéristiques d'une pousse de bois

Lorsqu'une feuille ou un bourgeon tombe, il laisse une cicatrice. Cicatrices foliaires sont en forme de croissant et ont de petits cercles cicatrices de paquet en leur sein où les faisceaux vasculaires traversaient les tissus végétaux. Une cicatrice foliaire sera située sous un bourgeon, une branche ou cicatrice de bourgeon.

Les plantes qui poussent dans les régions tempérées ont généralement une saison de croissance. Chaque année, la nouvelle croissance émergente se situe dans le bourgeon terminal qui est protégé par écailles des bourgeons terminaux. Lorsque ces écailles tombent à mesure que la nouvelle croissance émerge, elles laissent une région de cicatrices d'écailles du bourgeon terminal derrière. Les régions entre les cicatrices d'écailles des bourgeons terminaux représentent une année de croissance.

Sur les pousses ligneuses, une couche d'écorce a remplacé l'épiderme (plus de détails dans le labo 8). Pour continuer à échanger des gaz avec le milieu extérieur, la couche d'écorce développe de petites déchirures appelées lenticelles. Il peut s'agir de petites cicatrices circulaires ou allongées.

Étiquetez les caractéristiques en gras dans le diagramme ci-dessous. Dessinez les cicatrices foliaires là où elles manquent !

Arrangement de feuilles

Au fur et à mesure que les pousses se développent, les feuilles sont disposées dans un ordre particulier qui peut différer d'une plante à l'autre. Chez certaines espèces végétales, une feuille émerge de la branche à la fois (à gauche), de sorte que les feuilles semblent alterner d'un côté à l'autre. Ce type de disposition des feuilles est appelé alterner. Chez d'autres plantes, deux feuilles se forment de chaque côté de la tige en même temps. Ce type de disposition des feuilles est appelé contraire (milieu). Si trois feuilles ou plus sont produites dans la même région de la tige, la disposition des feuilles est tournoyé (droit).

Observez les pousses disponibles en laboratoire et identifiez la disposition des feuilles et l'âge de chacune. Enregistrez vos conclusions dans le tableau ci-dessous.

Tirer

Arrangement de feuilles

Années d'âge)


Pinus : Morphologie externe et différentes parties

2. Les branches poussent en spirale et la plante donne ainsi l'apparence d'une structure conique ou pyramidale.

3. Le corps de la plante sporophyte se différencie en racines, tiges et feuilles aciculaires (en forme d'aiguilles) (Fig. 26).

4. Une racine pivotante avec peu de poils absorbants est présente mais elle disparaît rapidement. Plus tard, de nombreuses racines latérales se développent, ce qui aide à l'absorption et à la fixation.

5. Les dernières branches de ces racines sont recouvertes d'une couverture d'hyphes fongiques appelée mycorhize ectotrophe.

6. La tige est cylindrique et dressée, et reste recouverte d'écorce. La ramification est monopodiale.

7. Deux types de rameaux sont présents : les pousses longues et les pousses naines. Celles-ci sont également connues sous le nom de branches à croissance illimitée et limitée, respectivement.

8. Les pousses longues contiennent des bourgeons apicaux et poussent indéfiniment. De nombreuses feuilles écailleuses sont présentes sur la longue pousse.

9. Les pousses naines sont dépourvues de bourgeon apical et sont donc limitées dans leur croissance. Ils naissent sur la longue pousse à l'aisselle des feuilles écailleuses.

10. Une pousse naine (Fig. 27) a deux feuilles écailleuses appelées prophylles, suivies de 5 à 13 cataphylles disposés en 2/5 phyllotaxie et de 1 à 5 aiguilles.

11. Les feuilles sont de deux types, à savoir le feuillage et les écailles.

12. Les feuilles écailleuses sont minces, de couleur brune et ressemblent à des écailles et ne se développent que sur les pousses longues et naines.

13. Les feuilles du feuillage ne sont présentes qu'à l'apex des pousses naines.

14. Les feuilles du feuillage sont grandes, en forme d'aiguilles et varient en nombre de 1 à 5 selon les espèces.

15. Un éperon (Fig. 28) est dit unifoliaire si une seule feuille est présente à l'apex de la pousse naine, bifoliaire si deux feuilles sont présentes, trifoliaire si trois feuilles sont présentes, et ainsi de suite.

Certaines des espèces avec différents types d'éperons sont les suivantes :

(i) Pinus monophylla-unifoliar (ayant une seule aiguille)

(ii) P. sylvestris-bifoliar (ayant deux aiguilles)

(iii) P. gerardiana-trifoliar (ayant trois aiguilles)

(iv) P. quadrifolia-quadrifoliar (ayant quatre aiguilles)

(v) P. wallichiana-pentafoliar (ayant cinq aiguilles).

Anatomie des différentes parties de Pinus:

Coupez de fines sections de différentes parties de la plante (jeune racine, vieille racine, jeune pousse longue, vieille pousse longue, bois TLS, bois RLS, jeune pousse naine, vieille pousse naine et aiguille), colorez-les séparément dans un vert safranine-fast combinaison, monter dans la glycérine et étudier. Comparez également vos préparations avec les lames permanentes qui vous sont présentées au laboratoire.

1. La couche la plus externe des racines circulaires est un épiblème à paroi épaisse avec de nombreux poils absorbants.

2. Epiblema est suivi de nombreuses couches de cortex parenchymateux.

3. À l'intérieur du cortex se trouve une couche d'endoderme et de nombreuses couches de péricycle.

4. Les faisceaux vasculaires sont disposés radialement et de diarque à tétrarque avec protoxylème d'exarque.

5. Le protoxylème est bifurqué (en forme de Y) vers la périphérie, et entre chaque bifurcation est présent un canal de résine (Fig. 29).

6. Le phloème est présent en alternance avec le protoxylème.

7. La moelle est peu développée ou absente.

T.S. Ancienne racine montrant une croissance secondaire:

1. Sur la face externe sont présentes quelques couches de liège, formées par l'activité méristématique du liège cam­bium.

2. Le liège cambium coupe le cortex secondaire vers l'intérieur.

3. De nombreux canaux résineux et cellules de calcul sont présents dans le cortex secondaire, dont les cellules sont séparées des espaces intercellulaires.

4. Sous les plaques du phloème se développent du cambium, qui coupe le phloème secondaire vers le côté extérieur et le xylème secondaire vers le côté intérieur.

5. Le phloème primaire écrasé est présent en dehors du phloème secondaire (Fig. 30).

6. De nombreux rayons médullaires unisériés sont présents dans le xylème secondaire.

7. Le xylème primaire est le même que dans les jeunes racines, c'est-à-dire que chaque groupe est bifurqué (en forme de Y) et un canal de résine est présent entre la bifurcation.

1. De nombreuses bases de feuilles sont présentes sur la tige (Fig. 31), ce qui lui donne un contour ondulé.

2. L'épiderme à paroi épaisse monocouche le plus externe est fortement cuticularisé et suivi d'un cortex multicouche.

3. Quelques couches externes du cortex sont sclérenchymateuses et certaines couches internes sont parenchymateuses.

4. Dans les couches internes du cortex sont présents de nombreux canaux de résine.

5. La stèle est une siphonostèle endarque eustélique ou polyfasciculaire.

6. Les faisceaux vasculaires sont conjoints, collatéraux, ouverts et endarques, et ressemblent beaucoup à celui d'une tige de dicotylédone. 5 à 10 faisceaux vasculaires sont disposés en anneau.

7. L'endoderme et le péricycle sont indiscernables.

8. Les rayons étroits du xylème relient le cortex et la moelle.

9. Le xylème de l'endarque se compose uniquement de trachéides.

10. Le phloème est présent sur la face ventrale et se compose de cellules criblées, de plaques criblées, de parenchyme du phloème et de quelques cellules albumineuses.

11. Le cambium intrafasciculaire est présent entre le xylème et le phloème.

12. De nombreuses traces de feuilles sont également présentes.

13. Une petite moelle parenchymateuse est présente au centre de la tige.

1. Une croissance secondaire, semblable à celle d'une tige de dicotylédone et timide, est présente dans l'ancienne tige de Pinus.

2. Le liège cambium coupe le liège vers l'extérieur et quelques couches de cortex secondaire vers l'intérieur.

3. De nombreuses cellules et canaux résineux remplis de tanin sont distribués dans le cortex primaire.

4. Le cambium coupe le phloème secondaire vers la face externe et le xylème secondaire vers la face interne (Fig. 32).

5. Le phloème primaire est écrasé et poussé vers l'extérieur par le phloème secondaire.

6. Dans le xylème secondaire, des anneaux annuels de bois de printemps à parois minces (formés au printemps) et de bois d'automne à parois épaisses (formés à la saison d'automne) sont présents alternativement. Un bois aussi compact est appelé pycnoxylique (L'âge de la plante peut être calculé en comptant le nombre de ces cernes annuels).

7. Au-dessous du xylème secondaire sont présents quelques groupes de xylème primaire endarch.

8. Certains des rayons médullaires relient la moelle au cortex et sont appelés rayons médullaires primaires, tandis que d'autres se situent entre le xylème secondaire et le phloème secondaire et sont appelés rayons médullaires secondaires.

9. La partie centrale de la tige est remplie de moelle parenchymateuse.

10. Les canaux de résine sont présents dans le cortex, le xylème secondaire, le xylème primaire et rarement dans la moelle.

Section longitudinale tangentielle (T.L.S.) du bois:

Dans T.L.S. la section longitudinale est coupée le long du tan­gent du bois.

Les structures suivantes sont visibles :

1. Des fosses bordées et des rayons médullaires sont présents en coupe.

2. Chaque fosse de bordure est entourée d'une chambre de fosse délimitée par une membrane de fosse et contient un tore renflé situé au centre (Fig. 33).

3. Les trachéides sont composées de cellules rectangulaires. La lamelle moyenne est très claire.

4. De nombreux rayons médullaires unisériés sont présents.

5. Dans la région du xylème, les rayons médullaires contiennent une cellule d'amidon située au centre et entourée de cellules trachéidiennes.

6. Des cellules albumineuses sont également présentes dans les rayons médullaires de la région du phloème.

Section longitudinale radiale (L.R.S.) du bois:

Dans R.L.S., la tige est coupée le long du rayon, et donc la moelle est également visible.

Les autres détails suivants sont visibles :

1. Il est délimité extérieurement par du liège, du liège cambium, du phloème secondaire et du phloème primaire broyé.

2. Des fosses bordées entourées de barres de Sanio in trac­heids sont vues en surface.

3. Les rayons médullaires unisériés courent horizontalement.

4. Dans la région du xylème, les cellules épaisses des rayons médullaires sont entourées de trachéides à rayons (Fig. 34).

5. Le parenchyme des rayons à paroi mince est également présent.

6. Le xylème est séparé du phloème à l'aide de cambium.

7. Des cellules albumineuses sont présentes dans le rayon médullaire de la région du phloème.

8. Le phloème se compose de tubes criblés, de plaques criblées et de parenchyme de phloème.

Il est exactement similaire à celui de T.S. de jeunes pousses longues sauf différences suivantes :

1. Le nombre de canaux résineux présents dans le cortex n'est pas indéfini mais généralement six (fig. 35).

Bien qu'il soit variable selon les espèces.

2. Le nombre de faisceaux vasculaires est également généralement de six. Cependant, il est également variable selon les espèces.

3. La moelle de la pousse naine est comparativement plus petite que la pousse longue.

4. La structure des faisceaux vasculaires est la même, c'est-à-dire conjonctive, collatérale, ouverte et endarque.

1. Il est également similaire à l'ancienne longue pousse à bien des égards.

2. Le liège, le liège cambium et le cortex secondaire ne sont normalement pas présents, mais l'épiderme entouré extérieurement de feuilles écailleuses et suivi intérieurement d'un cortex multicouche est présent.

3. À l'intérieur du cortex se trouvent le phloème primaire écrasé, le phloème secondaire, le cambium et le xylème secondaire avec des rayons médullaires (Fig. 36). Le protoxylème est l'endarque.

4. Une petite moelle avec quelques cellules de tanin est présente au centre.

Si une section de l'extrémité distale de la pousse naine est coupée, les aiguilles se séparent, chacune ayant la même structure. Dans un éperon bifoliaire, deux aiguilles sont présentes tandis que dans un éperon trifoliaire, il y a trois feuilles ou aiguilles foliaires (Fig. 37).

T.S. Aiguille (feuille de feuillage):

1. Il a un contour circulaire chez Pinus monophylla, semi-circulaire chez P. sylvestris et triangulaire (Fig. 38) chez P. longifolia, P. roxburghii, etc.

2. La couche la plus externe est l'épiderme, qui se compose de cellules à paroi épaisse. Il est recouvert d'une cuticule très résistante.

3. De nombreux stomates enfoncés sont présents sur l'épiderme­mis (Fig. 38).

4. Chaque stomie s'ouvre intérieurement dans une cavité sous-stomatique et extérieurement dans une cavité respiratoire ou un vestibule.

5. Sous l'épiderme se trouvent quelques couches d'hypoderme sclérenchymateux à parois épaisses. Il est bien développé sur les crêtes.

6. Entre l'hypoderme et l'endoderme se trouve le tissu mésophylle.

7. Les cellules du mésophylle sont polygonales et remplies de chloroplastes. De nombreux replis de cellulose semblables à des chevilles proviennent également de la face interne de la paroi des cellules méso-shyphylles.

8. Peu de canaux résineux sont présents dans le mésophylle, jouxtant l'hypoderme. Leur nombre est variable mais généralement ils sont au nombre de deux.

9. L'endoderme est monocouche avec des cellules en forme de tonneau et des bandes caspariennes claires.

10. Le péricycle est multicouche et se compose principalement de cellules parhyenchymateuses et de quelques cellules sclérenchymateuses formant une poutre en forme de T, qui sépare deux faisceaux vasculaires (Fig. 38). Le tissu de transfusion se compose de cellules trachéidiennes.

11. Deux faisceaux vasculaires conjoints et collatéraux sont présents au centre. Celles-ci sont fermées mais du cam­bium peut également être présent dans les sections passant par la base de l'aiguille.

12. Le xylème se trouve vers le côté angulaire et le phloème vers le côté convexe de l'aiguille.

Structures reproductives de Pinus:

1. Le corps de la plante est sporophytique.

2. Pinus est monoïque et les fleurs mâles et femelles sont présentes sous forme de cônes ou de strobiles sur les branches séparées de la même plante.

3. De nombreux cônes mâles sont présents ensemble sous forme de grappes, chacune constituée de nombreuses microsporophylles. Les cônes femelles sont constitués de mégasporophylles.

4. Les cônes mâles sur la plante se développent beaucoup plus tôt que les cônes femelles.

Séparez un cône mâle de la grappe, étudiez sa structure, coupez sa section longitudinale, étudiez la structure d'une seule microsporophylle, et préparez également une lame de grains de pollen et étudiez.

1. Les cônes mâles se développent en grappes (Fig. 39) à l'aisselle des feuilles écailleuses des pousses longues.

2. Ils remplacent les pousses naines de la pousse longue.

3. Chaque cône mâle est de forme ovoïde et mesure de 1,5 à 2,5 cm. de longueur (Fig. 40).

4. Un cône mâle (Fig. 41) se compose d'un grand nombre de microsporophylles disposées en spirale sur l'axe du cône.

5. Chaque microsporophylle est une petite structure membraneuse de couleur brune.

6. Une microsporophylle (Fig. 41) est comparable à l'étamine de la fleur des angiospermes car elle est constituée d'un pédoncule (=filament) avec une expansion feuillue terminale (= anthère), dont la pointe est projetée vers le haut et appelée apophyse.

7. Deux microsporanges en forme de poche (= sacs polliniques) sont présents sur la surface abaxiale ou inférieure de chaque microsporophylle. Dans chaque microsporange sont présentes de nombreuses microspores (= grains de pollen).

8. Chaque microspore ou grain de pollen est une structure arrondie et de couleur jaune, claire, uninucléée avec deux enveloppes externes, c'est-à-dire une exine externe épaisse et une intine interne mince (Fig. 42).

9. L'exine fait saillie sur deux côtés sous la forme de deux ailes en forme de ballon. Les ailes aident à flotter et à disperser les grains de pollen.

10. Les ailes aident à flotter et à disperser les grains de pollen.

11. Quelques microsporophylles de la face inférieure du cône sont stériles. Les sporanges ne sont pas non plus présents sur la surface adaxiale de chaque microsporophylle du cône mâle.

Observez les caractéristiques externes et la section longitudinale d'un jeune cône femelle et étudiez également les cônes femelles de 1ère, 2ème et 3ème année.

1. Le cône femelle se développe soit en solitaire, soit en groupe de 2 à 4.

2. Ils se développent également à l'aisselle des feuilles écailleuses sur de longues pousses (Fig. 43) comme des cônes mâles.

3. Chaque cône femelle est une structure ovoïde lorsqu'il est jeune mais devient allongé ou cylindrique à maturité.

1. Au centre est présent un axe conique (Fig. 44).

2. De nombreuses mégasporophylles sont disposées en spirale sur l'axe du cône.

3. Quelques mégasporophylles, présentes à la base et à l'apex du strobile, sont stériles.

4. Les mégasporophylles présentes au milieu du stro­bilus sont très grandes et leur taille diminue vers la base et l'apex.

5. Chaque mégasporophylle se compose de deux types d'écailles, appelées écailles de bractées et écailles ovulifères.

6. Les écailles des bractées sont des structures fines, sèches, membraneuses, de couleur brune, dont la partie supérieure est frangée. On les appelle aussi écailles carpellaires.

7. Une écaille ovulifère est présente sur la surface supérieure de chaque écaille de bractée.

8. Chaque écaille orulifère est ligneuse, plus grosse et plus robuste que l'écaille des bractées et elle est de forme triangulaire. Une large structure stérile, à bout pointu, est présente au sommet de ces écailles. C'est ce qu'on appelle l'apophy­sis.

9. A la base de la surface supérieure de chaque écaille ovulifère sont présents deux ovules sessiles et nus.

10. Le micropyle de chaque ovule fait face à l'axe du cône.

11. Chaque ovule est orthotrope et il reste entouré d'un seul tégument, constitué d'une couche externe charnue, d'une couche moyenne pierreuse et d'une couche interne charnue. Il s'ouvre avec une ouverture buccale appelée micro­pyle.

12. Le tégument entoure le mégasporange ou le nucelle.

13. Juste en face du micropyle se trouve une chambre pollinique.

14. Dans l'albumen ou le gamétophyte femelle sont présents 2 à 5 archégones.

Cône femelle de 1 ère année :

1. Il est de forme ovale (Fig. 45).

2. Il varie de 1 à 4 cm. en longueur.

3. Il est de couleur verte à vert rougeâtre.

4. Il est attaché à l'aide d'une courte tige sur la longue pousse.

5. Les mégasporophylles sont disposées très près les unes des autres et le cône est donc une structure compacte.

Cône femelle de 2e année:

1. Il est allongé et plus grand que le cône de la première année.

2. Il varie de 5 à 15 cm. ou plus de longueur.

3. C'est une structure de couleur rouge.

5. Les mégasporophylles sont disposées de manière compacte (Fig. 46) mais pas aussi compactes que dans le cône de 1ère année.

6. Les graines sont présentes à l'intérieur dans les derniers stades (Fig. 46).

Cône femelle de 3e année:

1. Il est de forme allongée ou grossièrement arrondie.

2. Il est également de nature boisée comme le cône de 2e année.

3. Les mégasporophylles (Fig. 47) sont arrangées de manière lâche.

4. Les graines sont dispersées à partir du cône de 3e année.

1. Les deux ovules de chaque écaille ovulifère se développent en graines (Fig. 48).

2. Chaque graine contient une grande aile membraneuse formée à partir de l'écaille ovulifère.

L'anatomie de la graine montre les détails suivants (Fig. 48C) :

1. Il est enveloppé par un tégument développé à partir de la couche pierreuse moyenne de l'ovule.

2. La couche charnue interne peut survivre sous la forme d'une fine membrane. La couche charnue externe disparaît.

3. Une structure mince, membraneuse et papyracée, appelée périsperme, se développe à l'intérieur du tégument.

4. L'endosperme bien développé est présent.

5. Au centre se trouve l'embryon constitué d'un hypocotyle, d'une radicule, d'une plumule et de 2 à 14 cotylédons ou plus.

(i) Corps végétal sporophyte différencié en racines, tige et feuilles.

(iv) Le phloème manque de cellules compagnes.

(v) Les organes sexuels sont présents sous la forme de cônes……………. Gymnospermes


8.6 : Morphologie des pousses - Biologie

Tous les articles publiés par MDPI sont rendus immédiatement disponibles dans le monde entier sous une licence en libre accès. Aucune autorisation particulière n'est requise pour réutiliser tout ou partie de l'article publié par MDPI, y compris les figures et les tableaux. Pour les articles publiés sous licence Creative Common CC BY en libre accès, toute partie de l'article peut être réutilisée sans autorisation à condition que l'article original soit clairement cité.

Les articles de fond représentent la recherche la plus avancée avec un potentiel important d'impact élevé dans le domaine. Les articles de fond sont soumis sur invitation individuelle ou sur recommandation des éditeurs scientifiques et font l'objet d'un examen par les pairs avant leur publication.

L'article de fond peut être soit un article de recherche original, une nouvelle étude de recherche substantielle qui implique souvent plusieurs techniques ou approches, ou un article de synthèse complet avec des mises à jour concises et précises sur les derniers progrès dans le domaine qui passe systématiquement en revue les avancées les plus passionnantes dans le domaine scientifique. Littérature. Ce type d'article donne un aperçu des orientations futures de la recherche ou des applications possibles.

Les articles du Choix de l'éditeur sont basés sur les recommandations des éditeurs scientifiques des revues MDPI du monde entier. Les rédacteurs en chef sélectionnent un petit nombre d'articles récemment publiés dans la revue qui, selon eux, seront particulièrement intéressants pour les auteurs ou importants dans ce domaine. L'objectif est de fournir un aperçu de certains des travaux les plus passionnants publiés dans les différents domaines de recherche de la revue.


Biologie et incidence saisonnière de la pousse du carangue et de la pyrale des fruits, Diaphanie césale (Promeneur) (Lépidoptères : Crambidae)

La biologie et l'incidence saisonnière du foreur des pousses et des fruits du jacquier, Diaphanie césale (Walker) (Lepidoptera: Crambidae) a été étudié. Les papillons mâles et femelles ont terminé leur cycle de vie en 30,4 ± 2,3 et 31,8 ± 2,3 jours respectivement avec cinq stades larvaires. La période d'incubation moyenne de l'œuf, la durée de développement de la larve, de la prénymphose et de la pupe étaient respectivement de 4,9 ± 0,6, 17 ± 0,6, 3,6 ± 0,4, 8 ± 0,4 jours. Les larves du premier et du dernier stade mesuraient respectivement 2,6 ± 0,3 et 22,4 ± 0,4 mm de longueur. Les papillons non nourris vivaient significativement moins longtemps (6 à 9 jours) que ceux qui avaient accès à l'eau (9 à 12 jours), au miel (12 à 14 jours) et au miel avec supplément vitaminique (14 à 17 jours). L'incidence de D. césalis a été enregistré tout au long de l'année au cours de 2013-2016 a indiqué un chevauchement des générations. Cependant, deux pics distincts du niveau de population ont été enregistrés en juin-juillet et en octobre-novembre. Par la suite, la population de ravageurs a diminué au début de l'hiver et était à un niveau très bas en été. De plus, l'analyse des données avec la densité de population et les paramètres météorologiques a révélé que l'humidité relative, la température minimale et les précipitations étaient positivement corrélées, tandis que l'évaporation était négativement corrélée à l'incidence de D. césalis.

Ceci est un aperçu du contenu de l'abonnement, accessible via votre institution.


Anatomie et morphologie du tournage

Ce chapitre traite de l'anatomie et de la morphologie des pousses de cactus, en se concentrant principalement sur ses caractéristiques cellulaires et ses propriétés biomécaniques. La pousse se compose d'entre-nœuds, de nœuds où les feuilles sont attachées et de bourgeons axillaires (les aréoles productrices d'épines). Les écailles des bourgeons et les feuilles des bourgeons axillaires sont les épines caractéristiques des cactus. La capacité des cactus à s'adapter aux conditions xériques est due à une augmentation des tissus de stockage d'eau, en particulier dans le cortex et le bois, des cuticules épaissies et la présence d'un hypoderme. Le tissu fondamental, le cortex et la moelle, remplit deux fonctions importantes liées aux adaptations xériques : la photosynthèse et le stockage de l'eau.

California Scholarship Online nécessite un abonnement ou un achat pour accéder au texte intégral des livres du service. Les utilisateurs publics peuvent cependant rechercher librement sur le site et consulter les résumés et les mots-clés de chaque livre et chapitre.

Veuillez vous inscrire ou vous connecter pour accéder au contenu en texte intégral.

Si vous pensez que vous devriez avoir accès à ce titre, veuillez contacter votre bibliothécaire.

Pour résoudre les problèmes, veuillez consulter notre FAQ , et si vous n'y trouvez pas la réponse, veuillez nous contacter .


Graines et leurs caractéristiques morphologiques (avec diagramme)

La graine de Gram (Fig. 8.2) est une graine de dicotylédone non endospermique. Les graines sont produites à l'intérieur des gousses ou des fruits légumineux.

Une graine de gramme apparaît dans le contour conique-pyriforme.

Il a les parties suivantes :

Il se compose de deux couches-testa externe et tegmen interne. Testa est épais et brunâtre. Le tegmen est mince, membraneux et blanchâtre et reste fusionné avec le testa. Le bec pointu comme l'extrémité de la graine a un pore minuscule appelé micropyle. Si une graine trempée est légèrement pressée, une goutte d'eau suinte du micropyle. Une petite cicatrice ovale vue près du micropyle est appelée hile à travers lequel la graine était attachée au fruit. Une autre cicatrice ovale présente au milieu est appelée chalaze ou strophiole. Une crête distincte appelée raphé s'étend du hile à la chalaze.

Il présente l'intérieur du tégument. Il se compose de deux cotylédons circulaires jaunâtres qui sont attachés à l'axe de l'embryon. La partie de l'axe de l'embryon au-dessus du point d'attache aux cotylédons est appelée épicotyle. La pointe de l'épicotyle est appelée plumule. De même, la région de l'axe de l'embryon en dessous du point d'attache des cotylédons est appelée l'hypocotyle. La pointe de l'hypocotyle est appelée radicule. Pendant la germination, la radicule sort d'abord par le micropyle et se développe pour former une racine pivotante. La plumule donne naissance au système de pousses.

2. Morphologie de la graine de ricin (Ricinus communis):

La graine de ricin est une graine monocotylédone endospermique. Les graines de ricin sont produites au sein d'un fruit schizocarpique appelé le regma qui à maturité se décompose en 3 cocci, chacun contenant une seule graine. Une graine de ricin a un contour à peu près oblong avec des surfaces convexes (dorsales) et plates (ventrales) distinctes. Une graine de ricin a les parties suivantes (Fig. 8.3)

C'est la couche externe du tégument. Il est épais, dur et cassant. La surface externe apparaît lisse, brillante et tachetée de brun.

C'est la couche interne du tégument qui semble terne et papyracée. Maintenant, il est appelé périsperme ou nucelle persistante.

C'est une excroissance spongieuse bilobée blanche présente près de l'extrémité étroite de la graine. Il recouvre partiellement le hile (cicatrice sombre) et recouvre complètement le micropyle (petit pore). La caroncule absorbe l'eau qui s'infiltre à travers le micropyle dans la graine.

C'est une crête peu profonde présente sur le testa de la surface plane de la graine. La bifurcation distincte des raphas représente la chalaze.

C'est un tissu de stockage d'aliments huileux blanc qui est présent à l'intérieur du périsperme. De cette couche est extraite l'huile de ricin du commerce.

L'embryon se trouve au centre de l'endosperme. Il se compose d'une radicule, d'une plumule et de deux cotylédons latéraux, tous présents sur un axe embryonnaire court. Les cotylédons sont fins, semi-transparents et de contour ovale. Ils ont une nervation palmée. La costa ou côte médiane est plus proéminente et porte quelques nervures latérales.

La radicule se trouve à l'extérieur des cotylédons vers l'extrémité micropylaire. C'est une excroissance en forme de bouton. Plumule se situe entre les deux cotylédons et est assez indistincte. L'épicotyle est également indistinct. Entre le lieu d'origine des deux cotylédons et la radicule est présent un court hypocotyle. La graine de ricin est dicotylédone (ayant deux cotylédons), endospermique (avec un tissu spécial de stockage des aliments appelé endosperme) et périspermique (ayant un périsperme ou un nucelle persistant).

3. Morphologie d'une graine de maïs (Zea mays):

La graine de maïs ou de maïs (Fig. 8.4) est en fait un fruit à une graine appelé caryopse ou grain. C'est une graine endospermique monocotylédone.

Il se compose des parties suivantes :

Il est fusionné avec la paroi du fruit (péricarpe). Il renferme un noyau qui comprend l'embryon et l'endosperme.

Il constitue les 2/3 du grain. L'endosperme est constitué d'une couche externe d'aleurone et d'un endosperme interne amylacé.

Il se trouve sur un côté de l'albumen amylacé et semble être une zone ovale plus claire dans la graine entière. L'embryon se compose d'un scutellum et d'un axe embryonnaire court (tigelle). Le scutellum est un cotylédon en forme de bouclier attaché à un nœud de l'axe de l'embryon. La surface du scutellum faisant face à l'endosperme est appelée couche épithéliale. Il est à la fois de nature sécrétoire et absorbante. La couche épithéliale sécrète des hormones dans l'endosperme pour la synthèse des enzymes nécessaires à la solubilisation des aliments. La nourriture solubilisée est absorbée par celui-ci puis transférée dans l'axe embryonnaire.

L'axe de l'embryon a une plumule (extrémité supérieure) et une radicule (extrémité inférieure). La plumule contient quelques feuilles rudimentaires et une gaine protectrice conique appelée coléoptile. Le coléoptile a un pore terminal pour l'émergence de la première feuille pendant la germination. La gaine est capable de croissance. Il aide la future pousse à traverser le sol pendant la germination.

La radicule a deux gaines protectrices, la coiffe interne de la racine et la coléorhize externe. À peu près au milieu de l'axe de l'embryon apparaît un brin vasculaire. Il se ramifie dans le scutellum. Le lieu d'origine du brin vasculaire de l'axe embryonnaire est appelé nœud cotylédonaire.

Articles Liés:

Bienvenue sur BiologyDiscussion ! Notre mission est de fournir une plate-forme en ligne pour aider les étudiants à partager des notes en biologie. Ce site Web comprend des notes d'étude, des documents de recherche, des essais, des articles et d'autres informations connexes soumises par des visiteurs comme VOUS.

Avant de partager vos connaissances sur ce site, merci de lire les pages suivantes :

Des questions

À propos de nous

Suggestions

Nouvelles questions et réponses et catégories de forum

Il s'agit d'un forum de questions-réponses pour les étudiants, les enseignants et les visiteurs en général pour échanger des articles, des réponses et des notes. Répondez maintenant et aidez les autres.

  1. N'importe qui peut poser une question
  2. N'importe qui peut répondre
  3. Les meilleures réponses sont votées et montent au sommet

Catégories de forums


Morphologie du système racinaire

Les racines sont typiquement de structure cylindrique souterraine non verte formant l'axe de la plante qui donne naissance à des endogènes et ne possède pas de feuilles, de nœuds ou de bourgeons.

Caractéristiques du système racinaire

  • Ils constituaient normalement la partie descendante de l'axe de la plante.
  • Ce sont la structure cylindrique qui n'est pas verte et n'a pas la distraction des nœuds et des entre-nœuds.
  • Les bourgeons et les feuilles sont absents et ses fonctions racinaires sont recouvertes d'un capuchon racinaire.
  • Les branches de la racine se développent à partir de l'intérieur de la racine mère et l'origine est dite endogène, contrairement à l'origine exogène ou externe dans le cas de la tige.
  • Les racines sont neutres ou négativement phototrophes et positivement hydrotropes et positivement géotropes.

Parties d'une racine typique:

  • C'est notre structure multicellulaire parenchymateuse en forme de dé à coudre ou de capuchon qui recouvre le méristème racinaire.
  • Les cellules de la coiffe racinaire secrètent le mucilage.
  • L'eau lubrifie le passage des racines dans le sol.
  • Sans elle, la route tendre serait incapable de pénétrer le sol dur.
  • Une autre fonction de la coiffe racinaire est la protection du méristème racinaire contre le frottement de la particule de sol.
  • Les poches d'itinéraire fonctionnent à l'équilibre dans les plantes aquatiques, ce qui recouvre les doigts comme un gant aux apex des racines.
  • Celles-ci sont structurellement similaires aux coiffes radiculaires mais diffèrent de la poche radiculaire endommagée ou perdue qui ne se régénère pas.

(2) Point de croissance ou zone méristématique

  • Il mesure environ 1 mm de long.
  • Le point de croissance de la racine est déterminé et se trouve protégé sous la coiffe de la racine.
  • La raison méristématique produit une nouvelle cellule pour la coiffe et la région de base de la racine.
  • Par conséquent, il est essentiel pour la croissance de la racine.

(3) Région pour la zone d'allongement

  • Il mesure environ 4 à 8 mm de long.
  • Il se trouve derrière le point de croissance.
  • Les cellules de cette région sont des cellules nouvellement formées qui perdent le pouvoir de division.
  • Ils s'allongent rapidement.
  • Cela augmente la longueur de la racine.
  • Cela provoque également le pouvoir d'absorption de l'eau et des sels minéraux du sol.

(4) zone des poils absorbants

  • Il représente également la zone de différenciation ou de maturation car un type différent de tissus primaires se différencie ou mûrit pour cette raison comme le xylème et le phloème, le péricycle, le cortex de l'endoderme, l'épiblème, etc.
  • La zone des poils absorbants mesure 126 cm de long.
  • La majeure partie de l'absorption d'eau se produit dans cette région.
  • Certaines des cellules externes de cette zone donnent naissance à une excroissance tabulaire latérale appelée poils absorbants.
  • Les poils absorbants augmentent la surface exposée de la racine pour l'absorption.

(5) Région ou zone de cellule mature

  • Il constitue l'essentiel du parcours.
  • Les cellules de cette raison ne subissent plus aucun changement.
  • La couche la plus externe de cette région a un monde épais ou des ventes imperméables.
  • Cette région ne peut donc pas aider la racine dans l'absorption d'eau.
  • Sa seule fonction est d'ancrer fermement la plante dans le sol.

Types de système racinaire

(1)Système de racine pivotante :

  • c'est un amas de racines qui se développent à partir de la radicule de l'embryon.
  • il se compose d'une racine pivotante, de racines secondaires, de racines tertiaires et également de radicelles.
  • Le radical lui-même grandit directement dans la racine principale ou primaire.
  • La racine primaire persistante est appelée racine pivotante.
  • elles sont formées en succession acropète et les plus anciennes vers la base de la racine parentale.
  • Les radicelles sont les branches de racines ultimes.
  • Ils portent des poils absorbants pour l'absorption.
  • Le système racinaire est de deux types : -

(1) Mangeoire profonde

(2) Alimentateur de surface

  • racine pivotante profonde qui pénètre dans la couche la plus profonde du sol.
  • on le trouve surtout dans les arbres.
  • chez les mangeoires de surface, la racine pivotante ne s'allonge pas beaucoup.
  • les racines secondaires s'étendent plus largement à l'horizontale près de la surface du sol.
  • le système de racines pivotantes nourricières de surface de certaines plantes annuelles est constitué de fines racines fibreuses.
  • il peut être appelé un système de racine pivotante fibreuse.

(2) système racinaire adventif

  • La racine qui pousse à partir de n'importe quelle partie de la plante autre que la radicule ou ses branches est appelée racines adventives.
  • Les branches comme une racine pivotante.
  • une masse de racines adventives avec leurs branches constituant et système racinaire adventice.
  • la plante ayant une racine adventice a également développé une racine primaire à partir du radical.
  • Cependant, il est de courte durée et ne produit donc pas de racine pivotante.
  • les racines fibreuses sont des racines souterraines qui surgissent par temps de groupe à la base de la vapeur dressée pour les notes de la tige horizontale.
  • les racines principales sont de même longueur.
  • ils dégagent de petites branches.
  • la racine principale et leurs branches sont minces et filiformes.
  • c'est pourquoi elles sont appelées racines fibreuses qui ne pénètrent pas profondément dans le sol sont des poules nommées comme mangeuses de surface.

Fonction des racines

Fonctions principales ou principales

Les racines participent à une succession de la plante et soutiennent le système de pousses aériennes.

Les racines absorbent l'eau du sol.

Les racines absorbent les sels minéraux du sol.

Les racines retiennent fermement les particules de sol pour empêcher l'érosion du sol.

La participation au transport pour absorber l'eau et les minéraux pour tirer le système.

Fonctions secondaires:

  1. Espace de rangement:Il se produit dans les racines fraîches.Coniques-carottes, Napiform-Beat, Tuber-microbilis
  2. Support supplémentaire ou mécanique : Il est fourni par plusieurs types de racines. Racines à contrefort- Bombax,Racines échasses- Maïs
  3. Escalade: Les racines aident certaines des plantes à tiges faibles à s'accrocher et donc à monter de support.Ex-plante d'argent.
  4. Fixation de l'azote: Racines nodulées de pois, haricot, gramme, méthylation : racines prop, racines de genou
  5. La reproduction: En portant des bourgeons adventifs à la fois sur les racines pivotantes et les racines adventives.
  6. Flottant: En stockant la somme d'air de la fonction de la racine sous forme de flotteurs.
  7. Photosynthèse: Comme dans propa, Tinospora
  8. Oxydation: The roots of some amphibious plant release Oxygen and oxidize the surrounding environment as for example rice.

Also, you can check the flowering plant characteristics and reproduction in- Study Notes on Sexual reproduction in flowering plants


Exogenous 6-benzyladenine application affects root morphology by altering hormone status and gene expression of developing lateral roots in Malus hupehensis

D. Zhang, College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling 712100, China.

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Life Science, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

Department of Agricultural Sciences, the University of Haripur, Haripur, Pakistan

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

Beijing Ori-Gene Science and Technology Corp., Ltd., Beijing, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Life Science, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

College of Life Science, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling, China

D. Zhang, College of Horticulture, Northwest Agriculture & Forestry University, Yangling 712100, China.

Résumé

  • Malus hupehensis is an extensively used apple rootstock in China. In the current study, M. hupehensis seedlings were treated with exogenous 2.2 µ m 6-benzyladenine (6-BA) so as to investigate the mechanism by which 6-BA affects lateral root development.
  • The results indicate that 6-BA treatment promotes elongation and thickening of both root and shoot in M. hupehensis, but reduces the number of lateral roots, as well as reducing the auxin level after 6-BA treatment. De plus, MhAHK4, MhRR1 et MhRR2 were also significantly up-regulated in response to 6-BA treatment.
  • Expression levels of auxin synthesis- and transport-related genes, such as MhYUCCA6, MhYUCCA10, MhPIN1 et MhPIN2, were down-regulated, which corresponds with lower auxin levels in the 6-BA-treated seedlings. A negative regulator of auxin, MhIAA3, was induced by 6-BA treatment, leading to reduced expression of MhARF7 et MhARF19 in 6-BA-treated seedlings. As a result, expression of MhWOX11, MhWOX5, MhLBD16 et MhLBD29 was blocked, which in turn inhibited lateral root initiation.
  • In addition, a lower auxin level decreased expression of MhRR7 et MhRR15, which repressed expression of key transcription factors associated with root development, thus inhibiting lateral root development. In contrast, 6-BA treatment promoted secondary growth (thickening) of the root by inducing expression of MhCYCD31 et MhCYCD32. Collectively, the changes in hormone levels and gene expression resulted in a reduced number of lateral roots and thicker roots in 6-BA-treated plants.

Figure S1. Effect of exogenous application of 2.2 µ m 6-BA on relative expression of the cytokinin signal, IAA synthesis, IAA signal transduction, cell cycle and lateral root development-related genes in lateral roots of Malus hupehensis seedlings, using the gene EF-1α for normalization. Values represent mean ± SE of three biological replicates. *significant 0.05 level, **significant at 0.01 level.

Tableau S1. Formula for 1/2 Hoagland nutrient solution.

Table S2. The gene name (abbreviations and full names) and apple MDP number, as well as species and protein of the homologue on which the apple protein is based.

Table S3. Sequence of primers used for expression analysis. F, forward primer R, reverse primer MDP, number of gene and length of primers.

Remarque : L'éditeur n'est pas responsable du contenu ou de la fonctionnalité des informations fournies par les auteurs. Toute question (autre que le contenu manquant) doit être adressée à l'auteur correspondant pour l'article.


Voir la vidéo: Agave Americana cómo cuidar, reproducción, clima,sustrato, riego y las enfermedades. decojardinamy (Mai 2022).