Informations

Quel est cet insecte insecte xylophage ?

Quel est cet insecte insecte xylophage ?


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

J'ai ces insectes dans un très vieux parquet. J'aimerais savoir s'il s'agit éventuellement de termites, et sinon, ce qu'ils sont.

Ils mesurent environ 4 mm de long (et j'ai eu du mal à prendre une photo avec un appareil photo standard, je pourrai peut-être en prendre une meilleure dans quelques jours). Celui-ci est mort et a peut-être été un peu écrasé. Un autre signe de leur présence est l'apparition de petits tas de poussière de bois avec une périodicité de 24 à 48 heures, qui mesurent environ 1 cm de diamètre.

Suivant les indications de @usr137, je pense que c'est plutôt une fourmi, en effet elle a une partie médiane du corps élancée, correspondant au détail (4) dans ce comparatif termite/fourmi :

Mais elles sont beaucoup plus petites que les fourchettes que je trouve pour les fourmis charpentières (6-19 mm).


Pour clore cela, nous sommes maintenant raisonnablement sûrs qu'il s'agissait de fourmis charpentières ou d'un proche parent. Un autre indice est qu'ils infestaient le bois près d'une fenêtre recevant le soleil et étaient beaucoup plus actifs quand il faisait chaud là-bas. Merci à @ user137.


Coléoptères xylophages dans les maisons

Après les termites, les coléoptères xylophages sont les insectes xylophages les plus importants dans les maisons. La quantité de dommages causés par les coléoptères xylophages dépend de nombreux facteurs. Le type de bois (feuillus ou résineux), la teneur en humidité du bois et les conditions environnementales du site d'infestation ont tous une incidence sur la gravité des dommages causés par le dendroctone. Cette fiche d'information traite de l'identification et du contrôle de certains des coléoptères xylophages les plus communs trouvés en Caroline du Sud.


Ravageurs infestant le bois-Termite

Les termites sont parmi les insectes nuisibles structurels les plus importants dans le PNW, rivalisés seulement dans certaines régions par les fourmis charpentières. Ils se nourrissent de bois, de papier, de carton et d'autres matériaux contenant de la cellulose. Les experts ont estimé que les termites causent autant de dégâts matériels chaque année aux États-Unis que les incendies (plus de 5 milliards de dollars selon la National Pest Management Association).

Il existe deux espèces communes de termites dans le PNW : le termite souterrain occidental (Reticulitermes hesperus) et le termite du Pacifique (Zootermopsis angusticollis) . Une troisième espèce, le termite des bois secs (Incisitermes minor) , a été trouvé occasionnellement mais il n'y a aucune preuve qu'il se soit établi. La termite de bois sec est présente dans les meubles ou le bois importé des États du sud. Le termite souterrain de l'ouest est plus commun à l'est des montagnes Cascade, tandis que le termite de bois humide est plus répandu dans l'ouest de Washington et de l'Oregon.

Termite souterrain occidental

Les termites souterrains occidentaux sont assez petits. La forme reproductrice mesure environ 0,38 pouce de long, ailes comprises. Ils sont brun foncé à noirs avec des ailes gris brunâtre. La caste des ouvriers est blanc crème, mesure environ 0,18 pouce de long et ressemble à un grain de riz. Ils nichent dans des matériaux cellulosiques enfouis dans le sol, souvent à l'intérieur de souches ou de bûches pouvant se trouver à 10 à 20 pieds ou plus sous la surface.

Les termites souterrains infestant les structures retournent dans leur nid dans le sol pour échanger de la nourriture avec les membres de la colonie et obtenir de l'eau. Parce que le bois humide n'est pas essentiel pour l'attaque, toute structure en bois est un site potentiel d'invasion. Les fondations en dalles de ciment ne sont pas dissuasives, car les joints entre la dalle et les murs de fondation, les fissures dues au gel et les zones autour de la plomberie permettent un accès facile au bois.

Les termites pénètrent dans les structures autour des porches et par les marches, les poteaux de soutien et les seuils qui sont proches ou en contact avec le sol. Parfois, ils construisent des tubes d'abri ("tubes de boue") sur des fondations en béton pour atteindre le bois du sol en dessous.

Gestion-contrôle des produits chimiques et des appâts

Les infestations de termites souterrains disparaissent rarement d'elles-mêmes. Par conséquent, les services d'un professionnel de la lutte antiparasitaire compétent et agréé doivent être obtenus. Les traitements pesticides contre les termites souterrains ont pour but d'établir une barrière chimique entre un nid sous-sol et la maison. Cependant, les nouveaux traitements d'appât sont conçus pour attirer les termites vers les stations d'appât contenant un toxique. D'autres pesticides ne tuent pas au contact mais permettent plutôt aux termites de retourner dans leur nid et de répandre des substances toxiques parmi les membres de la colonie. Les traitements contre les termites souterrains peuvent être compliqués et très coûteux, et devraient être laissés au professionnel.

Les nématodes entomophages (« mangeurs d'insectes ») sont vendus pour lutter contre les termites. Le concept est séduisant, et il existe de nombreuses situations dans lesquelles une réponse biologique est préférée aux insecticides chimiques. Cependant, alors que ces petits vers ont été efficaces en laboratoire dans des conditions contrôlées, ils n'ont pas fonctionné dans des conditions réelles. Des facteurs tels que l'humidité du sol, le placement et la persistance des nématodes et les mécanismes de défense contre les termites ont été proposés comme raisons des échecs. Par conséquent, l'utilisation de nématodes pour lutter contre les termites n'est pas recommandée . Les nématodes ne sont pas enregistrés par l'EPA et, par conséquent, les protections offertes par l'enregistrement font défaut.

Le termite du bois humide du Pacifique est la plus grande espèce de termite trouvée dans le PNW. Les formes reproductrices peuvent dépasser 1 pouce de longueur, y compris les ailes. Les termites de bois humide ont besoin de bois mouillé ou humide pour infester et établir une colonie. Le bois humide peut résulter d'un contact bois-sol, d'une plomberie qui fuit, de toits ou de gouttières qui fuient et de mauvaises qualités sur les porches et les patios. Le champignon de la pourriture du bois est souvent trouvé en conjonction avec ce termite. Les termites du bois humide attaquent également le bois mouillé par la condensation dans les vides sanitaires mal ventilés.

Dans la plupart des cas, la gestion peut être réalisée en éliminant les matériaux sujets à l'infestation (déchets de bois, coffrages de construction), en remplaçant le bois structurellement défectueux, en améliorant la ventilation et en éliminant les problèmes d'humidité. Si le problème de l'eau n'est pas corrigé, l'infestation continuera et les dommages causés par les champignons de la pourriture du bois deviennent alors problématiques. Les applications chimiques seules ne suffiront pas à éradiquer ce ravageur et devraient être déconseillées.


Identification – Ressources

Le site Web Whatseatingyourcollection est mis à jour par le groupe Odyssey, une réunion annuelle informelle de professionnels de l'IPM dans le secteur du patrimoine culturel au Royaume-Uni qui prônent cette discipline de conservation préventive.

Le Museum of Comparative Zoology (MCZ) de l'Université Harvard maintient une base de données en ligne pour les types primaires dans les collections d'entomologie. La collection de types d'insectes MCZ, l'une des plus importantes en Amérique du Nord, préserve actuellement les types primaires de plus de 28 000 espèces, représentant 29 ordres, 565 familles et 7 578 genres. En plus des informations telles que les données de l'étiquette type, le stade et le statut du type, le nom actuel de l'espèce (si disponible), la base de données comprend des images haute résolution des spécimens types.

Ce site Web géré par des naturalistes bénévoles se présente comme un site d'« identification, images et informations sur les insectes, les araignées et leurs parents pour les États-Unis et le Canada ». Il existe de nombreuses images d'insectes qui peuvent être utiles pour l'identification. Une recherche peut être effectuée sur le nom commun (par exemple, pou du livre, scarabée de la cigarette, dermestid). Les utilisateurs enregistrés peuvent publier des images pour aider à l'identification.

Le site de Pest Control Canada comprend des informations pour les professionnels et les consommateurs. Il y a des liens vers des pages contenant des informations sur les ravageurs courants au Canada, un forum en ligne et un site d'identification où les gens peuvent afficher des images de ravageurs qu'ils espèrent identifier.

Site Web du Centre de recherche sur la lutte antiparasitaire urbaine. L'entreprise se consacre à la réalisation de programmes de recherche, de formation et de lutte contre les parasites domestiques et structurels. Les entomologistes professionnels de l'UPCRC mènent et supervisent des recherches sur le terrain, fournissent des identifications d'insectes, organisent des cours de formation et des séminaires et conçoivent des programmes de lutte intégrée contre les parasites pour les sites commerciaux, gouvernementaux et résidentiels. Le site Web contient des informations sur l'identification, la formation et la recherche.

Une mine d'informations et d'outils d'identification des espèces de dermestidés.

Le site Insect Images est une source de photos d'entomologie. Le site, qui propose des images gratuites avec inscription, est un projet conjoint du Bugwood Network, de l'Université de Géorgie et du USDA Forest Service.

Le site Web Bug Network pour le groupe de travail Bugwood. La mission du groupe est de rassembler, créer, maintenir, promouvoir l'utilisation et distribuer économiquement l'information numérique à la fois comme ressources et comme outils pour améliorer et compléter l'échange d'informations et les activités éducatives principalement dans les domaines de l'entomologie, de la foresterie, de la santé des forêts et ressources naturelles.

Informations sur les espèces avec des images de E-PestSupply.com un détaillant en ligne

Des informations pour l'identification des papillons de nuit sont disponibles sur ce site Web de la Mississippi State University et du Mississippi Entomological Museum.

Page du service de vulgarisation de l'Université du Minnesota avec des informations sur les coccinelles asiatiques multicolores

Penn State Department of Entomology avec des informations sur la vulgarisation, l'éducation et plus encore. Une recherche sur le site renvoie à d'autres documents.

Informations de Do-It-Yourself Pest Control sur le coléoptère Powder Post.

Degesch America, une entreprise de fabrication de fumigants, dispose d'une galerie de parasites contenant des informations sur les espèces. Des informations sur les catégories suivantes sont disponibles : apparence, cycle biologique, distribution, dommages et contrôle. Les liens sur les attributs Apparence et Dommages ouvriront une petite fenêtre montrant respectivement le bogue ou les dommages.

Le projet conjoint du Math/Science Nucleus avec la ville de Fremont, les travaux publics d'Alameda et le district scolaire unifié de Fremont pour fournir des informations sur la biologie, la géologie et la chimie du sud du comté d'Alameda. Le site contient des documents pdf avec des dessins au trait de coccinelles, coléoptères et autres insectes

Site Web personnel du photographe de la nature avec des images de haute qualité d'insectes individuels.


Comment gérer les parasites


Les coléoptères des poudrières produisent une poussière de forage beaucoup plus fine (à gauche) que d'autres xylophages tels que les coléoptères de la famille des Anobiidae (à droite).

Trois groupes de coléoptères xylophages&mdashpowderpost, deathwatch et false powderpost (tableau 1)&mdashinvade et endommagent les meubles en bois ainsi que le bois structurel et décoratif à l'intérieur des bâtiments. Les larves de coléoptères se nourrissent et causent la plupart des dommages au bois, et lorsqu'elles atteignent le stade adulte, elles émergent par des trous de sortie ronds, qu'elles créent en mâchant la surface du bois. Les adultes de certaines espèces ont également creusé des trous de sortie à travers le plâtre, le plastique et même les métaux mous qui pourraient recouvrir le bois sous-jacent.

Vous pourriez voir d'autres coléoptères xylophages tels que des foreurs à tête plate ou à tête ronde et des scolytes de l'écorce ou de l'ambroisie dans votre maison si vous stockez du bois de chauffage infesté à l'intérieur. Cependant, ce sont généralement des insectes forestiers qui n'attaquent pas les structures en bois ou les meubles. Ils commencent leur cycle de vie sur des arbres en déclin qui sont vieux ou qui ont subi des incendies ou des dommages causés par les insectes. Parfois, ces insectes forestiers sont présents dans les arbres lorsqu'ils sont transformés en produits du bois, et ils peuvent provoquer l'alarme lorsqu'ils émergent du bois infesté utilisé dans les bâtiments nouvellement construits. Cependant, ils ne sont pas capables de réinfester le bois dans ces structures.

Certaines espèces de guêpes des bois pourraient également émerger du bois infesté utilisé dans de nouvelles structures. Voir Notes sur les nuisibles : guêpes des bois et calaos pour plus d'informations. Les insectes xylophages envahissants arrivent souvent en auto-stoppeurs d'autres continents sur des matériaux d'emballage en bois massif tels que des palettes ou dans un fardage de navire, et certains des principaux insectes ravageurs du bois dans les structures ont probablement établi des distributions mondiales de cette façon.

IDENTIFICATION ET CYCLES DE VIE

Coléoptères Powderpost

Une sous-famille de coléoptères de la famille des Bostrichidae (anciennement appelée famille des Lyctidae) est connue sous le nom de coléoptères des poudrières, car les larves créent une fine poudre de déjections (un mélange d'excréments et de fragments de bois) qui a la consistance de la farine ou du talc. poudre. Cette poussière ennuyeuse est entassée dans les galeries larvaires (canaux d'alimentation) dans le bois, mais tombe parfois des trous de sortie en petits tas sur les sols ou d'autres surfaces.

Cette fine sciure poudreuse distingue les dendroctones des poudrières des autres coléoptères xylophages dans les maisons. Il diffère également des granulés plus gros, granuleux et presque poivrés que les termites de bois sec laissent derrière eux si vous regardez de près les granulés de termites, vous verrez qu'ils ont des crêtes sur leurs côtés.

Les scolytes attaquent les feuillus, apparemment parce que ces bois ont des pores dans lesquels ils peuvent pondre des œufs, les résineux n'ont pas de tels pores. Les larges pores du bambou en font également un matériau hôte privilégié pour les coléoptères des poudrières. En plus de la grande taille des pores, les dendroctones préfèrent également le bois à haute teneur en amidon. La teneur en amidon des résineux est nutritionnellement faible pour ces coléoptères. Ils attaqueront les bois très secs et dont le taux d'humidité ne dépasse pas 8%.

Les scolytes adultes sélectionnent et pondent le plus souvent des œufs dans du bois comme le chêne, le frêne, le caryer, l'acajou et le noyer, et les infestations sont plus susceptibles de se produire dans les panneaux de bois, les moulures, les revêtements de sol, les cadres de fenêtres et de portes, le contreplaqué, les articles en bambou et un meuble. Des infestations peuvent se produire si des coléoptères ou des larves sont introduits dans un bâtiment dans des meubles, du bois de chauffage ou des articles de décoration en bois.

Parfois, le seul signe d'infestation est les minuscules trous de sortie ronds faits par les coléoptères adultes émergents. Une fois qu'ils émergent, les adultes ailés se propagent à d'autres surfaces boisées où ils déposent leurs œufs sur des surfaces non finies ou dans des fissures ou d'autres ouvertures. Ils ont également tendance à voler vers la lumière, de sorte que vous trouvez généralement des adultes morts sur les rebords de fenêtres après qu'ils aient essayé de se disperser.

Ils ont un cycle de vie allant de 3 mois à plus d'un an, selon la température, l'humidité et la qualité nutritionnelle du bois. Les coléoptères adultes ont généralement des nuances de brun à rouge. Les espèces fréquemment rencontrées dans les structures californiennes comprennent le lyctus de l'ancien monde, Lyctus brunneus le lyctus du sud, Lyctus planicollis et le lyctus occidental, Lyctus cavicollis.

Coléoptères de la Deathwatch

Les coléoptères xylophages de la famille des Anobiidae sont connus sous le nom de coléoptères de la mort. Ils sont étroitement liés à la pharmacie et aux coléoptères, qui sont des ravageurs des produits stockés. Les adultes communiquent entre eux et localisent probablement leurs partenaires en tapant la tête contre le bois, généralement la nuit. Les coléoptères de la Deathwatch ont peut-être acquis leur nom à l'époque médiévale en Europe lorsque les gens ont entendu le tapotement alors qu'ils étaient assis avec une personne malade ou mourante pendant la nuit. La légende raconte qu'ils attribuèrent le son au tapotement du bâton de la faux de la faucheuse venant emporter le futur défunt.

Les coléoptères de la Deathwatch infestent principalement les bois résineux, en particulier le douglas, qui est utilisé dans les poutres, les poutres, les bois de fondation et certains types de meubles. Vous trouvez généralement ce coléoptère dans du vieux bois ou du bois partiellement pourri. Les coléoptères de la Deathwatch préfèrent le bois qui est plus humide et plus de 14% d'humidité et plus que ce que préfèrent les coléoptères de la poudre, ils pourraient donc être moins un problème dans les maisons avec chauffage central et climatisation, vous êtes plus susceptible de les rencontrer dans des sous-zones humides, des sous-sols ou des dépendances . Contrairement aux coléoptères des poudrières, les coléoptères de la Deathwatch en Californie sont plus susceptibles d'envahir les structures à partir de sources de population sauvages situées à l'extérieur.

Les larves de coléoptères de la Deathwatch remplissent leurs galeries de très petites boulettes de déjections (plus petites que les boulettes produites par les termites de bois sec), ce qui donne à leurs déjections une consistance légèrement plus granuleuse que celle des coléoptères à poudre, mais pas aussi grossière que celle des faux coléoptères à poudre. Cependant, comme les coléoptères des poudrières, les larves font la plupart des dégâts, et leurs excréments sont entassés dans les galeries et ne sont visibles que lorsque les larves ou les adultes les poussent à travers les trous d'émergence. Les trous que les coléoptères de la Deathwatch laissent peuvent être de différentes tailles, tandis que ceux des coléoptères Powderpost ou faux Powderpost ont tendance à être tous de la même taille.

Les adultes sont rougeâtres à brun foncé et pondent leurs œufs dans des crevasses, de petites ouvertures ou des pores de bois brut. Cela peut prendre 2 ans pour terminer chaque génération. L'espèce fréquemment rencontrée en Californie est le coléoptère du Pacifique, Hémicoelus gibbicollis.

Faux coléoptères Powderpost

Les coléoptères xylophages de la famille des Bostrichidae sont parfois appelés faux coléoptères. Les faux coléoptères colonisent une variété de feuillus et parfois de résineux. Les espèces tropicales de Bostrichidae sont fréquemment importées aux États-Unis sur des articles en bambou ou sur des bois tels que l'acajou des Philippines ou le lauan.

Contrairement aux poudrières femelles et aux coléoptères de la mort, qui pondent leurs œufs à la surface du bois, les fausses femelles de coléoptères des poudrières creusent un tunnel, ou une galerie d'œufs, dans le bois ou d'autres matériaux, puis déposent leurs œufs dans les pores ou les fissures du tunnel. Les larves de faux coléoptères remplissent leurs galeries très étroitement avec de l'excrément qui a la consistance d'une poudre grossière semblable à du savon de borax en poudre. La texture de ces excréments est la plus granuleuse des trois groupes et distingue les faux coléoptères des poudres des vrais coléoptères des poudres et des coléoptères de la mort.

Dans les bâtiments, les faux coléoptères des poudrières infestent les sols, les meubles, les boiseries et autres matériaux en bois. Les adultes de certaines espèces creusent dans le métal mou comme le plomb et l'argent ainsi que dans le plâtre et d'autres matériaux non ligneux, à la recherche de sites pour déposer des œufs ou pour se protéger des conditions météorologiques extrêmes. Cela donne lieu au nom commun & ldquoleadcable forer & rdquo pour une espèce, Scobicia declivis, en raison de son habitude de percer le revêtement métallique des câbles téléphoniques ou électriques suspendus.

Cette espèce est également connue pour son habitude d'attaquer le chêne imbibé de vin dans les tonneaux de vin ou les bouchons dans les flacons d'échantillons d'alcool dans les collections d'insectes, c'est pourquoi il a également été appelé le « forer du câble ». Dans la nature en Californie, le foreur de plomb est fréquemment associé avec des branches mourantes sur des chênes et des noyers indigènes. Dans les milieux extérieurs urbains et ruraux, il peut être trouvé en association avec l'eucalyptus et d'autres arbres de feuillus ornementaux.

Les faux coléoptères adultes sont brun foncé ou noirs, parfois avec des pièces buccales, des pattes et des antennes rougeâtres. Les adultes de la plupart des espèces mesurent environ 1/4 de pouce de long, mais une espèce indigène de Californie très abondante, le Polycaon noir, Polycaon stoutii, est de 1 1/2 à 2 pouces de long. Les faux coléoptères adultes ont une apparence de bosse, vous ne verrez donc généralement pas la tête si vous regardez le coléoptère d'en haut. Cette caractéristique est également vraie pour les coléoptères de la Deathwatch.

La durée du cycle de vie du faux dendroctone varie. La plupart des espèces se développent en 1 an, mais le Polycaon noir peut prendre jusqu'à 20 ans pour se développer. En Californie, cette espèce est fréquemment rencontrée dans les parquets de chêne, de frêne, de noyer, de cerisier ou même de madrone et on pense qu'elle infeste le matériau de revêtement de sol brut de l'usine ou des zones d'attente avant la construction.

Tableau 1. Espèces californiennes fréquemment rencontrées de Powderpost, Deathwatch et de faux coléoptères Powderpost. 1
Nom de groupe Nom commun nom latin
poteau de poudre
(Lyctine) 2
Lyctus du vieux monde
Lyctus du sud
Lyctus de l'ouest
Lyctus brunneus (Etienne)
Lyctus planicollis Le Conté
Lyctus cavicollis Le Conté
montre de la mort
(Anobiidae)
Scarabée du Pacifique Hémicoelus gibbicollis (Le Conte)
faux poteau de poudre
(Bostrichidae)
Polycaon noir
foreur de câble
Polycaon stoutii (Le Conte)
Scobicia declivis (Le Conté)
1 D'après une enquête menée en mars 2010 sur certaines des principales collections d'insectes du California&mdashBohart Museum, de la California State Collection of Arthropods et du Essig Museum.
2 Récemment, un changement taxonomique a été recommandé pour incorporer l'ancienne famille des Lyctidae en tant que sous-famille des Lyctinae au sein des Bostrichidae. Cependant, la biologie et les signes visuels de terrain de dommages pour la sous-famille des Lyctinae restent inchangés.

LA GESTION

La première étape de la gestion des coléoptères xylophages consiste à identifier le groupe concerné par le problème. Deux tests de diagnostic rapide, le test au stylo à bille et le test des déchets (tableau 2), peuvent aider à distinguer les trois groupes de coléoptères xylophages. La détection peut être difficile, car une grande partie de leur cycle de vie se déroule sous la surface du bois et dans les jonctions cachées du bois où un propriétaire ou un inspecteur pourrait ne pas les détecter facilement.

Les coléoptères xylophages sont difficiles à contrôler une fois qu'une infestation a commencé. Par conséquent, la prévention est la meilleure méthode de gestion. Des mesures de protection devraient être appliquées à chaque étape de la transformation et de la manutention du bois, y compris les scieries, les usines de contreplaqué, les parcs à bois, les usines de fabrication de meubles et les entreprises de construction de bâtiments.

L'assainissement est l'aspect le plus important de la prévention. Enlevez et détruisez les branches d'arbres morts autour des bâtiments ou à proximité de toute zone où des produits du bois sont entreposés. Détruisez le bois de rebut et les autres produits du bois avant que l'infestation ne se produise.

Pour certains parasites tels que le faux coléoptère noir Polycaon, il est recommandé de réduire l'éclairage extérieur à vapeur de mercure autour des parcs à bois et des entrepôts afin de réduire les chances d'attirer le dendroctone sur le site. Le bois séché au séchoir détruit les infestations de coléoptères, bien qu'il n'empêche pas la réinfestation. Le traitement thermique du cœur des matériaux d'emballage en bois importés à 133°F pendant 30 minutes pour lutter contre ces types de parasites est une réglementation phytosanitaire importante adoptée par la convention internationale actuelle.

Inspectez soigneusement les matériaux utilisés pour la construction des bâtiments avant utilisation pour vous assurer qu'ils ne contiennent pas de coléoptères xylophages. Protégez le bois contre les infestations en peignant ou en vernissant pour sceller les pores, les fissures et les trous où ces coléoptères pourraient pondre leurs œufs. Pour éviter d'introduire accidentellement des coléoptères xylophages dans une structure finie, inspectez les meubles et autres objets avant de les introduire dans les bâtiments. Retirez et fumigez les objets qui montrent des signes d'infestation de coléoptères.

Lorsque vous apportez du bois de chauffage, limitez-vous à ce que vous brûlerez ce jour-là. De plus, inspectez les bâtiments à la recherche de signes de dommages causés par le dendroctone du bois. Recherchez les trous de sortie où les coléoptères adultes ont émergé et soyez conscient de tout nouveau coléoptère s'accumulant sur les rebords de vos fenêtres. Une fois que vous avez localisé les galeries, tapotez les excréments pour aider à identifier le ravageur (tableau 2).

Vous pouvez chauffer de petits objets en bois, mais pas ceux qui contiennent des tissus, des peaux ou des peintures, et passer au four à 120 °C à 140 °F pendant 6 heures. Vous pouvez également placer des articles dans un congélateur à 0°F pendant 72 heures. Des traitements plus longs peuvent être nécessaires si le bois est plus épais que 2 pouces.

Tableau 2. Deux méthodes pour distinguer les coléoptères Powderpost, Deathwatch et False Powderpost.
Nom de groupe Stylo à bille test 1 Test de fragilité 2
poteau de poudre
(Lyctine)
Seule la pointe du stylo rentre dans le trou de sortie. On dirait du talc.
montre de la mort
(Anobiidae)
La pointe et une partie de la face coudée s'insèrent dans le trou de sortie. Se sent graveleux.
faux poteau de poudre
(Bostrichidae)
La pointe entière du stylo s'insère généralement dans le trou de sortie. Il est difficile de déloger les déjections du trou.
1 Insérez la pointe d'un stylo à bille rechargeable de type clic dans le trou de sortie du scarabée.
2 Pour déterminer la texture de l'excrément, un mélange d'excréments et de fragments de nourriture, frottez-le entre vos doigts.

Retirez et remplacez le bois de charpente infesté dans la mesure du possible pour éliminer les coléoptères. Détruisez le bois infesté en le brûlant ou en l'emmenant dans une décharge. Lorsque l'élimination est possible, des insecticides liquides peuvent être appliqués sur le bois de charpente nu. Les matériaux les plus efficaces et les plus sûrs sont les formulations de pesticides contenant du borate de sodium (par exemple, Tim-Bor et Bora-Care), qu'un opérateur de lutte antiparasitaire agréé doit appliquer. Ces matériaux doivent pénétrer dans le bois pour tuer les larves de coléoptères qui s'y trouvent, de sorte que le bois fini peut être traité avec succès. La profondeur de pénétration est améliorée dans le bois humide si l'humidité est inférieure à 15 %, la pénétration peut ne se produire que dans le 1/4 de pouce supérieur.

Pour les infestations étendues de poudrières et de coléoptères mortels dans un bâtiment ou lorsque des parties structurelles inaccessibles d'un bâtiment sont impliquées, de nombreux opérateurs professionnels de lutte antiparasitaire proposent une fumigation de l'ensemble du bâtiment. Les propriétaires doivent garder à l'esprit que cette méthode n'empêche pas la réinfestation, une nouvelle infestation pourrait être déclenchée dès que le fumigant est retiré de la structure. Les résultats de la recherche ont démontré que la fumigation fonctionne mieux pour contrôler les adultes et que les œufs de larves de coléoptères xylophages nécessitent une dose plus élevée de fumigant.

LES RÉFÉRENCES

Ivie, MA 2001. Bostrichidae. Dans R.H. Arnett Jr., M.C. Thomas, P.E. Skelley et J.H. Frank, éd. Coléoptères américains, Vol. 2. Boca Raton : Presse CRC. p. 233&ndash244.

O&rsquoConnor-Marer, P. 2006. Lutte antiparasitaire résidentielle, industrielle et institutionnelle. Oakland : Univ. Californie Agric. Nat. Rés. Éd. 3334.

Suomi, D.A. 1991. Coléoptères anobiidés dans les structures. Wash. État Univ. Poste Bul. N° 1577.

Suomi, D. A. et Akre, R. D. 1992. Caractéristiques des structures attaquées par le dendroctone du bois Hémicoelus gibbicollis (Coléoptères : Anobiidae). J. Entomol. Soc. Britannique. Colombie 89:63&ndash70.

Suomi, D. A. et Akre, R. D. 1992. Contrôle du coléoptère infestant les structures Hémiocoelus gibbicollis (Coleoptera : Anobiidae) avec des borates. J. Écon. Entomol. 85:1188&ndash1193.

Thoms, E.M. et R.H. Scheffrahn. 1994. Lutte contre les parasites par fumigation avec le fumigant gazeux Vikane (fluorure de sulfuryle). Terre à terre 49(2):23&ndash30.

Williams, L. H. et Sprenkel, R. J. 1990. Activité ovicide du fluorure de sulfuryle sur les œufs de coléoptères anobiidés et lyctides de divers âges. J. Entomol. Sci. 25:366&ndash375.

INFORMATIONS SUR LA PUBLICATION

Notes sur les ravageurs : coléoptères xylophages dans les maisons
Publication ANR UC 7418

Auteurs : V. R. Lewis, Environmental Science, Policy, and Management, UC Berkeley et S. J. Seybold, USDA Forest Service, Pacific Southwest Research Station, Davis, Californie.

Produit par UC Statewide IPM Program, Université de Californie, Davis, CA 95616

PDF: Pour afficher un document PDF, vous devrez peut-être utiliser un lecteur PDF.

Programme IPM à l'échelle de l'État, Agriculture et ressources naturelles, Université de Californie
Tous les contenus sont protégés par copyright et copie 2019 Les régents de l'Université de Californie. Tous les droits sont réservés.


Ravageurs infestant le bois-Fourmi

Les fourmis se trouvent partout et, comme les termites, les abeilles et les guêpes, sont des insectes sociaux qui vivent en colonies composées de milliers d'individus. Parce qu'elles sont si nombreuses, les entreprises de lutte antiparasitaire classent les fourmis comme le problème d'insectes numéro un qu'elles rencontrent dans les résidences.

Les fourmis charpentières sont les insectes nuisibles structurels les plus importants dans de nombreuses régions du nord-ouest du Pacifique (PNW) en raison de leur habitude de construire des nids à l'intérieur des habitations. Ils sont particulièrement fréquents au printemps. Les maisons situées près des terres boisées ont tendance à avoir plus d'activité de fourmis charpentières que celles des zones suburbaines ou urbaines. Les grandes fourmis noires - souvent des fourmis charpentières - peuvent fréquemment être trouvées dans toute une maison, à la fois à l'intérieur et à l'extérieur, ainsi que dans les zones environnantes. La couleur n'est pas une caractéristique d'identification fiable : dans le PNW, il existe plusieurs espèces de fourmis charpentières qui varient du noir au rouge et au noir. Les fourmis charpentières varient en taille au sein de chaque espèce. Les structures infestant les fourmis charpentières les plus courantes sont Camponotus modoc , une fourmi noire aux pattes rouge-brun.

Les fourmis charpentières nichent généralement dans des arbres sur pied (vivants ou morts), des souches, des bûches ou sur le sol de la forêt. Les fourmis ouvrières d'une grande colonie "parentale", trouvées à l'extérieur, se déplaceront fréquemment dans une habitation en tant que colonie "satellite". Les travailleurs, souvent par milliers, apparaissent dans différentes classes de taille : majeurs, médias et mineurs. Les ouvrières majeures sont appelées soldats du nid, tandis que les ouvrières mineures agrandissent principalement le nid et collectent de la nourriture. La communication et les déplacements entre les colonies sont maintenus et la colonie satellite peut contenir des larves, des pupes et des reproducteurs ailés. Seules les colonies parentales contiennent la reine fonctionnelle, les œufs et les larves de premier stade.

Chaque printemps, les nids de fourmis charpentières libèrent un grand nombre de femelles et de mâles ailés. Ne vous inquiétez pas trop de ce phénomène la plupart des reines inséminées meurent avant de pouvoir commencer de nouveaux nids. Les reines s'accouplent avec des mâles ailés et perdent rapidement leurs ailes ainsi, vous voyez rarement des fourmis avec des ailes après l'essaim.

Les fourmis charpentières ne mangent pas de bois, elles y nichent seulement. Ils mangent des protéines (insectes morts) et des sucreries, en particulier du miellat de pucerons, récoltés à l'extérieur. Étant donné que les fourmis charpentières peuvent construire des nids dans du bois sain et sec ainsi que dans des vides muraux, des vides sanitaires et dans de la mousse et d'autres isolants, elles sont capables de causer des dommages structurels et doivent être prises au sérieux.

Il existe plusieurs façons de détecter un nid de fourmis charpentières. Vous pouvez trouver des tas de sciure près des entrées des fourmis. La sciure est expulsée au fur et à mesure du creusement. Vous pouvez observer des fourmis entrer ou sortir de l'habitation, peut-être à travers une fissure ou sous le revêtement (cela, en soi, ne localise pas le nid, cela indique seulement la présence d'un ou plusieurs nids quelque part à l'intérieur). Vous pouvez également entendre des bruits de grattage émis par les fourmis ouvrières lorsqu'elles agrandissent le nid à l'intérieur d'un mur ou des bruissements des reproducteurs ailés (la maison doit être très calme). Enfin, les nids sont souvent découverts pendant le remodelage/la construction.

Au début du printemps, avant que les pucerons et autres aliments ne soient abondants, les ouvrières peuvent chercher de l'eau à l'intérieur, souvent dans les cuisines et les salles de bain. Les passages courants mais négligés dans une maison sont les trous d'acheminement des câbles téléphoniques, de télévision et électriques, surtout si les câbles passent près d'arbres qui abritent des pucerons.

Il est préférable de laisser le contrôle des fourmis charpentières à des professionnels compétents de la lutte antiparasitaire. Ils ont l'expérience et les outils nécessaires pour localiser les nids et appliquer les produits pesticides de manière efficace et sécuritaire. Le perçage des vides dans les murs, l'application de matériaux à l'intérieur, en dessous et dans les greniers peuvent ne pas être nécessaires pour contrôler les fourmis charpentières, car le traitement du périmètre extérieur avec des matériaux non répulsifs les contrôlera. S'il est effectué pendant la haute saison de recherche de nourriture, le pesticide est transféré entre les fourmis, éliminant finalement le nid dans la structure. Lorsque des fourmis charpentières sont vues à l'intérieur pendant l'hiver, il est préférable de les aspirer et d'attendre la saison de butinage printanière pour initier les traitements. Certaines formulations d'appâts contenant de l'indoxacarbe ou du thiaméthoxame ont été utilisées avec succès contre les fourmis charpentières. Cependant, les fourmis charpentières peuvent être des mangeuses capricieuses, de sorte que les appâts ne sont pas toujours efficaces. Les insecticides contre les fourmis charpentières à utiliser dans les vides muraux ou comme traitement périmétrique comprennent la bifenthrine, l'acide borique, la cyfluthrine, la cyperméthrine, la deltaméthrine, le fipronil et la perméthrine.

Les reines des fourmis humides sont souvent confondues avec les reines des fourmis charpentières, mais elles sont de couleur plus claire et plus petites. Les ouvrières des fourmis humides sont jaunes à brun foncé et toutes de la même taille. Les fourmis humides sont fréquemment associées au bois pourri dans les maisons. La colonie commence généralement dans du bois pourri (souvent dans des débris de cellulose dans les vides sanitaires) et les travailleurs apportent ensuite de l'humidité dans la structure, augmentant ainsi les dommages. Lorsque vous trouvez ces fourmis, cela devrait vous alerter pour rechercher un problème de pourriture du bois dans ou sous le bâtiment. L'élimination du bois infesté et le contrôle de l'humidité éliminent la plupart des problèmes de fourmis humides.

Ces fourmis sont une indication de problèmes de pourriture du bois dans ou sous le bâtiment. L'élimination du bois infesté et le contrôle de l'humidité éliminent la plupart des problèmes de fourmis humides.

Les fourmis arboricoles veloutées tirent leur nom d'un abdomen luisant composé de poils denses et fins. Two species may infest structures: the red and black California velvety tree ant (red thorax, black head and abdomen) and a second, entirely dark brown species. The size ranges from 0.13 to 0.25 inch (3-6 mm) long, depending on which of the two species is encountered. Workers, when crushed, give off a distinct odor similar to that of an odorous house ant.

Velvety tree ant infestations resemble those of carpenter ants. They are capable of mining wood, only to a lesser extent. They also infest foam insulation. The nests are usually located outside a structure. A colony of these ants may have many queens and numerous nest sites. Velvety tree ants form trails into buildings for nesting purposes, but typically are not seen around human or pet food. They primarily feed on honeydew and insects.

Living and decayed portions of trees and branches should be removed from around the house. Treatments similar to those used for carpenter ants have been effective for velvety tree ant infestations.


Carpenter Bees

During the spring, people often notice large, black bees hovering around the outside of their homes. These are likely to be carpenter bees, named for their habit of excavating holes in wood, in order to rear their young. Carpenter bees prefer unpainted, weathered wood, especially softer varieties such as redwood, cedar, cypress and pine. Painted or pressure-treated wood is much less susceptible to attack. Common carpenter bee nesting sites include eaves, rafters, fascia boards, siding, wooden shake roofs, decks and outdoor furniture.

Carpenter Bees vs. Bumblebees

Carpenter bees resemble bumblebees, but typically have a shiny, hairless abdomen. (Bumblebees usually have a hairy abdomen with black and yellow stripes.) The bees also have different nesting habits—bumblebees nest in an existing cavity often underground (e.g., in abandoned rodent burrows), whereas carpenter bees tunnel into wood to lay their eggs.

Fig. 1: Carpenter bee with shiny abdomen (left), bumblebee (right).

Biology and Habits

Carpenter bees do not live in colonies like honeybees or bumblebees. The adults overwinter individually, often in previously constructed brood tunnels. Those that survive the winter emerge and mate the following spring. Fertilized female carpenter bees then bore into wood, excavating a tunnel to lay their eggs. The entrance hole in the wood surface is perfectly round and about the diameter of your little finger. Coarse sawdust may be present below the opening, and tunneling sounds are sometimes heard within the wood. After boring in a short distance, the bee makes a right angle turn and continues to tunnel parallel to the wood surface. Inside the tunnel, about five or six cells are constructed for housing individual eggs. Working back to front, the bee provisions each cell with pollen (collected from spring-flowering plants) and a single egg, sealing each successive chamber with regurgitated wood pulp. Hatching and maturation occurs over several weeks, with the pollen serving as a food source for the developing larvae. Later in the summer, the new generation of adult bees emerge and forage on flowers, returning to wood in the fall for hibernation.

Fig. 2: Entrance hole with sawdust

Fig. 3: Cross-section of wood showing carpenter bee tunnels and brood chambers.

Nuisance and Damage

Though seldom as destructive as termites, carpenter bees can cause cosmetic and structural damage. Female carpenter bees excavate new tunnels in wood for egg laying, or enlarge and reuse old ones. Significant damage can occur when the same pieces of wood are infested year after year. Holes in the wood surface also facilitate moisture intrusion, rot and decay.

Fig. 4: Carpenter bees often repeatedly infest the same areas.

Carpenter bees are less inclined to sting than wasps and bees living in communal colonies. Still, their presence can be daunting, especially during spring mating and nest construction. Male carpenter bees can be especially intimidating, hovering in front of people who are around nesting sites. The males are harmless, however, since they lack the ability to sting. Female carpenter bees can inflict a painful sting but will seldom do so -- unless they are handled or bothered by people.

Other types of small solitary bees and wasps are sometimes seen visiting abandoned carpenter bee nests. These insects seldom cause problems and are usually scavenging on remaining pollen or using the tunnels for shelter.

Control and Prevention

The best time to control carpenter bees is before tunnels are fully constructed. Liquid, aerosol or dust insecticides containing ingredients such as bifenthrin, cyfluthrin, deltamethrin or lambda cyhalothrin can be applied directly into tunnel openings. Leave the holes open for a few days after treatment to allow the bees to contact and distribute the insecticide throughout the nest tunnel. Then plug the entrance hole with a piece of wooden dowel coated with carpenter's glue, putty, or other suitable sealant. This will deter future bees from using the old tunnels, as well as moisture intrusion and wood decay.

Fig. 5: Applying insecticide into a tunnel under construction.

A more extensive treatment of wood surfaces may be helpful when large numbers of carpenter bees are attacking siding, shake roofs, decks, etc. Spraying vulnerable wood with one of the aforementioned insecticides will cause some bees to avoid drilling into treated surfaces. For application use a pump up or hose end sprayer to target areas most favored by carpenter bees (eaves, fascia boards, joist ends of decks, etc.). Longevity of such treatments is only about 3-4 weeks, so reapplication may be needed. Although carpenter bees are less aggressive than wasps, females provisioning their nests may sting. Consider treating at dusk or while wearing protective clothing.

Another tip that may help reduce carpenter bee drilling is to install traps. Carpenter bee traps can be constructed from simple materials or purchased online. Most consist of a small wooden box with ½-inch diameter holes drilled in each side and a plastic water bottle suspended below. In early spring, suspend the traps from eaves and overhangs at the corners of the house, porch, deck, shed, barn, etc. Carpenter bees searching for nesting sites enter the holes in the wooden box, fall into the plastic bottle, and are not able to find their way out, eventually dying. Accumulations of dead bees are disposed of by unscrewing and rinsing out the bottle.

Fig. 6: Carpenter bee traps may help reduce attacks on wood.

Carpenter bees usually will not tunnel into painted wood. Therefore, a more permanent solution is to paint unfinished wood surfaces, especially those with a history of infestation. Stains and preservatives are less reliable than painting, but may afford some repellence versus bare wood. It also helps to keep garages and outbuildings closed when bees are actively searching for nesting sites, which usually subsides by late spring.

CAUTION: Some pesticides mentioned in this publication may not be legal in your area of the country. If in doubt, please consult your local cooperative extension service or regulatory agency. Furthermore, ALWAYS READ AND FOLLOW LABEL DIRECTIONS FOR THE PRODUCT YOU ARE USING.

Please note that content and photos in this publication are copyrighted material and may not be copied or downloaded without permission of the Department of Entomology, University of Kentucky.


Insects in the City

Long antennae give the long-horned beetles their name. These beetles sometimes emerge from wood in new homes, but rarely are a long-term concern. Metallic wood boring beetles are recognized by having parallel sides and a V-shaped tip. One of the most damaging beetle pests in Texas is the powderpost beetle. They emerge from small round holes in hardwood.

Beetles belong to the insect order Coleoptera. They are one of the most diverse groups of insects in Texas. Beetles are found in nearly every terrestrial and freshwater habitat in the world, so it should come as little surprise that beetles can also be found in homes and businesses. Identify beetles by their hard pair of front wings. These wing covers help beetles explore all sorts of habitats from soil to solid wood, to seeds and stored products.


What is this wood-infesting insect? - La biologie

Information obtained from: University of California, FOREST PRODUCTS LABORATOR [http://www.ucfpl.ucop.edu/biodet/intro.htm]

Wood protection and repair of damage to wooden structures caused by wood-destroying insects in the United States are estimated to cost the general public in excess of $5 billion per year. The cost in California exceeds $1billion per year. Control costs attributed to non wood-infesting pests could add an additional $5 billion per year nationwide. Currently, protection of structures necessitates the use of substantial quantities of toxic chemicals. Continued use of pesticides is a serious concern to the general public. Obviously, alternative strategies need to be developed for the protection of our structures

The biodeterioration of wood by insects is an important ecological process in forest and wild land ecosystems. Without the activities of wood consuming insects, important nutrients would not be returned to the soil. Non wood-infesting insect pests of structures (e.g., cockroaches, ants, etc.) also have natural ecological roles, though their contributions to urban environments is not as clear or defined. However, together wood-destroying and non wood infesting insects do cause substantial structural damage.

The Structural Pest Research and Extension Center (SPREC) was created to bring together specialists interested in melding their disciplines to investigate environmentally acceptable strategies for structural pest management. SPREC will develop information to more fully understand the biology and ecology of structural pests and also to develop technologies to detect, control, and prevent the destructive activities of wood- and non wood-destroying pests. SPREC will serve as a center for scientists and educators from universities, government, and industry to work cooperatively to solve structural pest problems pertaining to northern California. This Center will also provide strong and innovative leadership by coordinating both basic and applied research on structural pest management.

SPREC was formally organized in January 1992. This Center joins other Centers and Programs at the USDA Forest Service (USDA-FS) and Forest Products Laboratory (UCFPL), some examples include the Chemical Ecology of Forest Insects (USDA-FS), the Non-Destructive Evaluation Center (UCFPL) and the Service to Industry Program (UCFPL). Numerous interactions are expected between these Centers.


Wharf Borer

The common name comes from the fact that the larvae bore into wharf pilings, both in sea water and fresh water. Adults are nuisance pests, especially when they suddenly appear in large numbers. This species is distributed worldwide.

Reconnaissance

Adults about 1/4-9/16″ (7-14 mm) long body elongate, slender, and soft. Color of dorsum pale brownish/reddish yellow with elytral tips and sometimes pronotal sides blackish, eyes and venter black, antenna pale, and legs mostly dark. Antenna threadlike, about half of body length, and 12- segmented in males and 11 segmented in females. Pronotum with sides rounded (no lateral margins), widest at front, narrower than elytra at base.

Elytra each with 3 or 4 fine longitudinal ridges. Tarsi 5-5-4. Mature larvae about 1/2-1 3/16″ (12-30 mm) long body elongate, parallel- sided, straight, and subcylindrical color grayish white except for yellowish head and blackish mouthparts dorsum of prothorax, mesothorax, metathorax, and abdominal segments 1 and 2 each with paired fleshy domelike protuberance covered with short spinules, abdominal segments 3 and 4 with paired ventral proleglike protuberances (ampullae) covered with short tooth like structures (asperities) surface smooth, with moderate number of scattered hairs/setae.

Similar Groups

(1) Soldier beetles (Cantharidae) with pronotum margined, tarsi 5-5-5, and if yellow with black marks on elytra, then black mark also on pronotal dorsum.

(2) Blister beetles (Meloidae) with head broad, usually wider than pronotum, and a narrower neck.

(3) Long-horned beetles (Cerambycidae) with tarsi apparently 4-4-4, actually 5-5-5, and pronotum often widest at base.

(4) False Long-horned beetles (Cephaloidae) with claws comblike and pronotum widest at base.

The larvae typically bore in very moist wood in which fungal decay has already started. They do not bore a system of tunnels and galleries, but instead tend to work in rather indeterminate spaces which are plugged here and there with long torn wood fibers. These boring spaces are often adjacent to sound wood. The wood area being attacked cannot have a wood moisture content much above the fiber saturation point of about 30%.

Larvae can significantly accelerate the destruction of wood already attacked by fungal decay. Typically the first visible sign of infestation is the appearance of numerous adults. Quite often the infested wood is buried and not accessible.

Little has been published on the biology of this species other than the information given in the Damage and Signs of Infestation and Habits sections descriptions of the larva and pupa have been published.

See the Damage and Signs of Infestation section above. Wharf borers attack mainly softwood but occasionally oak and other hardwoods are infested. This wood must be damp or wet and fungal decay must already have started. The moisture can come from either sea water or fresh water. Most commonly attacked are wharf pilings and timbers and wooden harbor and dock structures along coastal areas and inland waterways. Larvae are found in such wood at the high-tide mark and/or between the flooding and high-water level. They are also a problem in the hulls of wooden water craft, such as barges and sailing boats.

Around structures, wharf borers may occur in decaying moist wood found in foundation pilings under buildings, in damp basements and/or crawl spaces, wood around leaky plumbing, in buried wood, and in wood with ground contact such as old form boards and support posts.The senior author has encountered emerging adults in Virginia which were coming into a dental office from a damp crawl space.

In Chicago, they were entering through expansion joints into office space located in a converted sub-basement area of a major museum built on fill on the lakefront. In both cases, adults appeared annually in the late spring and summer for several weeks.

If possible, correct the excessive moisture conditions and remove all wood- to-ground contact, cellulose debris, and buried wood associated with structures. Spot treatment of non-removable buried wood with a pesticide labeled for wood-destroying insects may be helpful. Seal all possible entrances to problem rooms at the ground level. Remove the adults with a vacuum. Around docks and wharfs, replace decaying wood with pressure-treated wood. For water craft, replace the decaying wood and increase the frequency of hull inspection/maintenance.


HousEhold and Structural

Powderpost beetles are second only to termites as destroyers of seasoned wood, such as that used in buildings and furniture. There are several kinds of powderpost beetles, but they all damage wood in about the same way and require the same control measures. The most common species in Indiana is the Lyctus beetle, which attacks the sapwood portion of hardwoods such as oak, hickory, ash, and walnut. Other species feed in heartwood as well as sapwood, and will also attack pines and the softer woods.

TYPE OF DAMAGE AND WHERE IT OCCURS

The surface of powderpost beetle-infested wood is perforated with numerous small “shot holes,” each about the size of a pencil lead or slightly larger. Any slight jarring of the wood causes a fine, flour-like powder to sift from these holes. When cut or broken, the interior of infested wood may reveal masses of this finely-packed powder.

Sub-flooring, hardwood flooring, joists, sills, plates and interior trim are the parts of buildings most frequently attacked. Other wood products like hickory furniture, implement handles and ladders may also be damaged. If infestations in wood are not treated, the structural strength of the wood can eventually be seriously depleted.

LIFE HISTORY

Powderpost beetles are small (about 1/12 to 1/5 inch long) and usually reddish-brown to nearly black. They emerge from infested wood from late winter through early summer. During this time, the females lay eggs in the wood pores. These eggs hatch into tiny curved grubs that eat into the wood, packing their burrows with the finely pulverized wood. When fully grown, the grubs go through a pupal stage and once again emerge as beetles. Powderpost beetles require from a few months to several years to complete one generation, depending on the species and the starch content of the wood.

The typical lifecycle of a lyctid powderpost beetle. The larval, or grub stage in which the wood-destroying beetles do their damage, is long in proportion to the rest of the life cycle.

Lyctid powderpost beetle: a) larva, b) adult

PROCEDURES FOR CONTROL

Permethrin, cypermethrin, and cyfluthrin are examples of pyrethroid insecticides (listed as the active ingredient on the label) available as emulsifiable concentrates (EC) that can be diluted by mixing with water according to label directions.

Control powderpost beetles by spraying or painting infested wood with one of the above mentioned insecticides. All surfaces being treated must be thoroughly wetted for effective control. This type of treatment will kill emerging adults rather than larvae since the insecticide will penetrate only slightly into the wood.

Treating during the spring of the year is the best time since the adults are emerging from the wood at that time. Several treatments may be necessary if fresh powder is seen a week or so after treatment, the insecticide residues have dissipated and need to be replenished by another treatment.

Care should be exercised in treating hardwood floors and other finished surfaces to avoid marring the finish. If in doubt, treat a small, hidden area first.

Most wood-infesting beetles will not reinfest wood that has been painted or finished in some way. However, beetle larvae in finished wood will mature and emerge as adult beetles, leaving the characteristic “shot holes” on the surface of the wood. Wooden items can be cooled to 0°F for several weeks or heated to 150°F for 4 hours to kill infestations, but care must be taken not to damage the wood in the freezing or heating process.

Many dependable and experienced pest control companies provide effective powderpost beetle control services. If the infestation is extensive in a structure or in hard to treat areas, it may be necessary to fumigate. Professional pest control will be required for these situations.

READ AND FOLLOW ALL LABEL INSTRUCTIONS. THIS INCLUDES DIRECTIONS FOR USE, PRECAUTIONARY STATEMENTS (HAZARDS TO HUMANS, DOMESTIC ANIMALS, AND ENDANGERED SPECIES), ENVIRONMENTAL HAZARDS, RATES OF APPLICATION, NUMBER OF APPLICATIONS, REENTRY INTERVALS, HARVEST RESTRICTIONS, STORAGE AND DISPOSAL, AND ANY SPECIFIC WARNINGS AND/OR PRECAUTIONS FOR SAFE HANDLING OF THE PESTICIDE.

It is the policy of the Purdue University Cooperative Extension Service that all persons have equal opportunity and access to its educational programs, services, activities, and facilities without regard to race, religion, color, sex, age, national origin or ancestry, marital status, parental status, sexual orientation, disability or status as a veteran. Purdue University is an Affirmative Action institution. This material may be available in alternative formats.

This work is supported in part by Extension Implementation Grant 2017-70006-27140/ IND011460G4-1013877 from the USDA National Institute of Food and Agriculture.


Voir la vidéo: LES INSECTES XYLOPHAGES (Mai 2022).